Comme certains d’entre vous le savez déjà, des amis très proches de moi vivent une période difficile en ce moment. Un accident d’auto qui leur laisse des blessures physiques et un destin difficile à accepter, celui de la perte d’un enfant (mon filleul). Faisant partie des gens proches qui leur portent mains fortes, tout cela m’a apporté l’inévitable réflexion sur le sens de la vie et sa fragilité. Dans cette période du magasinage des fêtes, tout me semble futile sauf peut-être une chose: la conviction encore plus grande que l’amitié est précieuse.

Agadou et Dragon sont de vieux amis connus lors de nos années d’animateurs sur une base de plein air il y a plus de quinze ans. Des amis avec qui j’ai ri à en perdre plusieurs kilos, avec qui j’ai pris plaisir à faire tant de randonnées en ski de fond et de balades en forêt. Des gens actifs, amoureux de la vie et qui, bien sûr, pré-requis pour être mon ami, sont épicuriens. Je ne peux compter le nombre de repas partagés autour d’une bonne bouteille de vin alors que les enfants couraient autour de la table après une journée à jouer dehors. Une fois les enfants couchés, on s’assoyait dans de vielles brouettes devant un feu de camp à terminer notre verre, en jasant de tout et de rien. Toujours des discussions vraies. Ces moments je les chéris et je tiens à les multiplier. [La photo floue ci-haut en témoigne]

Des moments mémorables

Par un soir de printemps Dragon était arrivé chez moi avec une bouteille de Valpolicella. On l’avait bu autour de l’îlot, à jaser debout. Je me souviens également de la fois où on avait fait mijoter le porc effiloché toute la journée pour en faire fondre une tranche de foie gras sur le dessus dans l’assiette. Qu’il est bon d’avoir des amis capables de savourer la vie pleinement, des trippeux de plein air positifs doués pour le bonheur. J’ai souvent caressé l’idée d’acheter une maison à côté de la leur, dans ce superbe rang perdu question de vivre dans ce monde parallèle loin du stress et des futilités de la ville.

Placés devant des défis énormes et insoutenables, mes amis auront besoin de courage et d’énergie positive. J’ai bien l’intention de continuer de leur en apporter.

Un verre de vin donc, c’est bon, mais en compagnie d’amis si précieux, c’est mieux.

Quand vous sortirez de la tempête, je vous attends avec un bon repas et un flacon à partager, chers amis. Et même s’il risque de goûter un peu les larmes, stie qu’il va être bon ce verre prit en votre compagnie.

Je vous aime.

Partager
Showing 2 comments
  • Marika
    Répondre

    Aujourd’hui j’ai acheté une bouteille de Valpolicella en me disant que je la prendrais avec toi pour t’amener un peu de réconfort dans ces moments difficiles, parce que tu es mon amie et aussi que je sui un peu ta voisine. Le vin de l’amitié disais-tu… <3

    • Marie-Hélène
      Répondre

      Marika, t’es trop fine! Tu sais, je carbure aux mots d’appui et d’amour et les tiens ont su me faire du bien aux moments opportuns. Merci d’être là! Quel était ton valpolicella? 😉
      Je t’aime! Xx

Leave a Comment